Publicité


Sondage
Quel est le meilleur film de la saga Star Wars ?
 

Entretien avec David Bry

Note des utilisateurs: / 3
MauvaisTrès bien 

David Bry l'auteur d'ErvalonLe troisième tome du premier cycle d'Ervalon, la seconde chute d'Ervalon, vient de paraître (nous vous le présenterons dans les prochains jours). Le destin d'Avelden termine donc la seconde chute d'Ervalon après Les brigands d'Avelden et Les seigneurs d'Ervalon. Une trilogie en six mois, le rythme est soutenu ! Ervalon doit compter neuf tomes sur trois cycles. A cette occasion, petit entretien avec l'auteur, David Bry.

A noter que l'auteur sera en dédicaces à la FNAC des Halles (Paris) le samedi 7 novembre et au Cultura des Clayes sous Bois (78) avec Charlotte Bousquet le 19 décembre. Toutes les dates sur le site de l'auteur ;-)

 




Laurent Delin pour atemporel.com : David, bonjour. Vous indiquez sur votre site que la rédaction du second (l'héritier d'Ervalon) et du troisième cycle (le destin d'Ervalon) sont en cours d'écriture. Avez-vous déjà les titres de ces six tomes suivants et le plan de l'ensemble des Chroniques d'Ervalon ?

 

David Bry : Bonjour Laurent. En fait, l’histoire d’Ervalon avance à deux rythmes différents. Le premier, c’est celui du jeu de rôle, car Ervalon est issu d’une campagne rôliste. Celle-ci prend sa source dans l’histoire générale du royaume, dans les scénarii que je mets en place et qui font avancer le récit. De ce côté-ci, nous venons de jouer la fin du tome 6 des chroniques, et avons donc terminé la trilogie« L’Héritier d’Ervalon ». Je travaille actuellement sur les scénarii de la dernière chronique, sachant que je connais déjà les principales briques de l’histoire … ainsi que la fin ... Il me reste encore à lier les différents évènements qui vont survenir, et à m’assurer d’avoir bien mené à son terme tout ce qui devait être achevé. Je ne veux rien laisser en suspend. Je veux que chaque héro rencontre son destin, heureux ou malheureux. Car tout doit avoir une fin.

Après le jeu de rôle, qui fournit la matière première de l’histoire, vient le travail de récriture, qui amène au roman. J’ai terminé le tome 4 il y a quelques semaines, et suis maintenant sur le 5. La rédaction se fait principalement à partir des scénarii, auxquels s’ajoutent, un peu comme une sur-impression, les actions et les personnalités des différents joueurs et héros. Malgré toute la matière première dont je dispose à ce moment-là, ça reste un travail conséquent. La récriture des trois tomes de « La seconde chute d’Ervalon » m’a pris par exemple une année entière.

Concernant les titres, ceux des trois tomes de l’Héritier devraient être définitifs. Il s’agit, dans l’ordre des tomes à venir : « Le visage de Mega », « Les larmes des Harken », et enfin « La prophétie de Newenn ». Pour, l’ultime trilogie « Le Destin d’Ervalon », je ne me suis pas encore posé la question. Les différents morceaux de l’histoire bougent encore un peu trop à l’intérieur des différents tomes pour que je veuille figer quoi que ce soit.


Vous faites une tournée de dédicaces avec à vos côtés l'illustrateur des couvertures, Julien Delval. Avez-vous déjà les illustrations de couverture d'autres tomes ? Comment travaillez-vous avec Julien ?

Il n’y a pour l’instant pas de date de prévue pour la sortie des tomes suivants. La décision se prendra j’imagine dans les mois qui viennent, en fonction des ventes, de la manière dont ont été reçus les trois premiers tomes, et s’il y a une attente pour la suite. Je les écrirai tous, c’est sûr. Le reste … seul l’avenir le dira. A ce jour donc, il n’y a pas encore eu de réflexion sur les prochaines couvertures.

Pour les illustrations de « La seconde chute d’Ervalon », l’impulsion est passée par l’éditeur, qui a lui-même choisi Julien Delval. Ils avaient déjà travaillé ensemble. Mon éditeur avait particulièrement accroché sur le prologue des Brigands d’Avelden. Julien l’a aimé aussi. Il a donc mis en scène la bataille de Fahaut, lieu de la première chute du royaume d’Ervalon. Lorsqu’ils m’ont montré le crayonné pour avoir mon avis, je suis resté sans voix. Les personnages semblaient vivants, les masses, les mouvements, le tout donnait un rendu incroyable. Mais je dois avouer que j’ai aussi été émerveillé de voir ce monde d’Ervalon, que j’avais conçu, porté en moi, retranscrit à travers l’imaginaire d’une autre personne. Cette première rencontre avec les couvertures est un moment vraiment à part. Ca a quelque chose de l’ordre du merveilleux, comme si l’histoire devenait réelle. Lorsque mon éditeur m’a demandé comment je voulais travailler pour la suite, je lui ai dit qu’ils pouvaient continuer sans moi, que je préférais voir leur propre appropriation de l’histoire plutôt qu’une nouvelle manière que j’aurais eu de la présenter. Et je n’ai pas été déçu.
Les couvertures sont importantes pour les livres, surtout lorsqu’on est un auteur inconnu. J’ai eu beaucoup de chance que Julien, qui est bourré de talent, ait été choisi pour illustrer les chroniques d’Ervalon.


Les chroniques d'Ervalon sont une oeuvre importante. Avez-vous d'autres projets en cours et un peu de temps à leur consacrer ?

L’écriture d’Ervalon prend en effet non seulement énormément de temps, mais aussi beaucoup de place dans mon imaginaire. Mais je connais maintenant ces terres par coeur, je vis avec elles depuis des années. Il me reste donc malgré tout un peu de temps et d’imagination pour d’autres histoires, et d’autres manières d’écrire aussi. Parallèlement aux trois dernières chroniques du Destin d’Ervalon, qui restent ma priorité, j’ai commencé à travailler sur un nouveau roman. Il s’agit toujours d’heroic fantasy, mais dans un univers très différent. Combien de temps me prendra la construction de ce monde ? Je n’en ai aucune idée pour l’instant. Mais il prend forme et sort peu à peu du brouillard, avec ses personnages principaux, sa trame. On y retrouvera l’absence de manichéisme à laquelle je tiens, poussée d’ailleurs vraiment très loin. Mais j’y aborderai aussi des questions liées à la filiation, l’héritage, le poids des erreurs et des trahisons passées, et la manière dont celles-ci peuvent influencer des vies entières. Enfin, dans les derniers recoins de mon crâne, une troisième histoire est en train d’émerger, tout doucement elle aussi. Quelque chose de moderne, de violent, où, de part la dureté du monde, tout est devenu extrême. Les idéaux, les moyens de survivre, et même l’être humain.


On sent une influence de JRR Tolkien (pour les scènes épiques) et de Virginia Wolf (pour la psychologie des personnages) dans vos textes. On note aussi une forte ambiance rôliste dans le scénario et la manière de décrire les actions. Pouvez-vous nous raconter comment s'est fait ce savant mélange pour arriver à ce passionnant résultat ? :-)

Comme je l’ai dit, les Chroniques d’Ervalon sont à la base une très longue campagne de jeu de rôle que j’ai contée à mes joueurs, pendant des années. D’où l’ambiance sans doute parfois rôliste :). J’intègre dans les scénarii les choses qui me font ressentir et réfléchir. Par ailleurs, j’aime aussi pousser chaque personnage dans ses retranchements, le mettre face à ses contradictions. J’essaie donc d’insuffler dans l’histoire de l’épique, des sentiments, des valeurs, de la réflexion sur le bien, le mal, et sur les impacts de nos actes sur nos vies ainsi que sur celles des autres. Lorsqu’ensuite je la retravaille pour en faire les romans, c’est là où, je pense, mes influences littéraires ressortent. Au-delà de la méthode de travail et de la genèse d’un roman, l’écriture de chacun lui ressemble, et parle aussi de ce qu’il a aimé. J’ai énormément lu, des livres de tous les genres ou presque, historique, fantastique, médiéval, classique. Toutes ces histoires, toutes ces manières d’écrire rejaillissent forcément, d’une manière ou d’une autre, et plus ou moins clairement. Tolkien est la référence en matière de fantasy. Dans chaque œuvre médiévale fantastique, il y a un peu de lui et, lorsque ce n’est pas le cas, on l’y cherche quand même. Les autres influences sont elles plus légères, plus subtiles, un peu comme quelque chose qu’un lecteur qui a lu les mêmes auteurs voit ou comprends. C’est presque un clin d’œil. Parfois un hommage, voulu ou non, à tous ces écrivains passés et présents. En ce qui me concerne, j’ai en effet une profonde admiration pour Virginia Woolf, entre autres. Elle a une manière incroyable de parler de ses personnages, comme si on les connaissait, vaguement, de loin, comme si leur histoire était un peu la sienne, la nôtre aussi. J’ai tellement lu d’elle qu’il est en effet fort possible qu’on retrouve un peu de son influence dans ma manière de parler des héros d’Ervalon …


Vous animez le site consacré aux chroniques d'Ervalon vous-même. Comment se passe cette animation ? Quelles relations avez-vous pu nouer avec vos lecteurs et vos visiteurs ?

Le site des Chroniques d’Ervalon a deux objectifs : d’une part, tenir au courant ceux qui le souhaitent de l’actualité autour des romans, qu’il s’agisse de l’avancement des tomes suivants ou bien des dédicaces et salons auxquels je participe. Mais le site permet aussi de créer le lien entre les lecteurs et moi. Certains me posent des questions, d’autres m’envoient juste un message pour me dire qu’ils ont aimé l’histoire, qu’ils attendent la suite, ou me demandent quand est-ce qu’elle sortira. Je n’ai par contre aucune nouvelle de ceux, qui existent forcément, qui n’ont pas aimé ;).

Le bureau de David BryJ’aime ce lien et ce dialogue avec les lecteurs qui m’écrivent. D’une part, pour être honnête, c’est rassurant et agréable de savoir que ce qu’on a fait plait. Mais, au delà de cela, je n’écris pas pour moi. J’écris parce que j’aime ça, évidemment, mais aussi pour partager une histoire. C’est ce partage qui est important. Quelque chose que l’on « donne », en espérant que ça plaira à quelqu’un, à quelques uns. Les retours des lecteurs, c’est la concrétisation de cela. Ils me disent qu’ils ont reçu, qu’ils ont aimé. Que demander de plus ?

Je verrai dans un second temps si le site doit évoluer. Je ne suis pas un pro de la technique, loin de là, et le site n’est pas très esthétique. Il y a des améliorations à faire de ce côté là. En ce qui concerne le contenu, sans doute un jour y ajouterai-je un forum, ou de nouvelles rubriques, telle qu’une avec des illustrations, qui me plairait bien. On verra ce que l’avenir lui réserve … Si les prochains visiteurs du site ont des idées ou des attentes, qu’ils n’hésitent pas à m’en faire part :).


Liens utiles

> Le tome 1 de la seconde chute d'Ervalon : Les brigands d'Avelden
> Le tome 2 de la seconde chute d'Ervalon : Les seigneurs d'Ervalon
> Le site officiel de David Bry et des Chroniques d'Ervalon

 

Entretien réalisé par courriel en novembre 2009 par Laurent Delin pour atemporel.com

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher RSS
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
Saisissez le code que vous voyez.

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."