Publicité


Sondage
Quel est le meilleur film de la saga Star Wars ?
 

Fantastique et Science-fiction : séries TV, films, livres, BD

Entretien avec Charlotte Bousquet

Note des utilisateurs: / 5
MauvaisTrès bien 

Photo de Charlotte Bousquet Nous vous proposons un entretien avec Charlotte Bousquet, l'auteur du roman Arachnae, que nous vous présentions cet été.

Un auteur, et une oeuvre, à découvrir sans attendre.


 

Lire la suite...

 

Le collège de magie

Note des utilisateurs: / 3
MauvaisTrès bien 

Couverture du College de magie de Caroline StevermerNouveauté au Livre de Poche avec la parution il y a quelques jours du Collège de Magie, un roman de Caroline Stevermer.

Paru pour la première fois sous le titre L'Equilibre des ancres, le Collège de Magie nous fait emprunter d'autres chemins et (re)découvrir le monde, ou tout du moins l'Europe (soyons fous) sous d'autres angles... fantastiques ;-)

 

 

Lire la suite...

 

Le fils de nulle part

Couverture du livre Le fils de nulle part de Sean StewartPour vous (re)donner la forme en cette rentrée grise et grippée, nous vous proposons un des derniers titres parus chez Mnémos : le Fils de nulle part.

Ce roman de Sean Stewart, bourré de clins d'oeil aux contes et légendes pourrait perturber vos habitudes en matière de fantasy. Quoi de mieux pour sortir de la grisaille ?

 

Lire la suite...

 

Arachnae

Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

La couverture du livre ArachnaeParution chez Mnémos d'un roman fantasy de Charlotte Bousquet : Arachnae.

Résolument fantastique, aux frontières de la dark fantasy, ce roman de bonne tenue ne trouvera pas sa place dans les sacs de plage de tout le monde. Présentation !





Présentation de l'éditeur

Des bas-fonds les plus sordides aux éclats de la cour princière, la cité d'Arachnae se livre sans fards, gangrenée par l'horreur et les excès. Dans le Labyrinthe où se côtoient la misère et le vice, des cadavres d'enfants torturés sont retrouvés. Théodora, la belle bretteuse libertine, est contrainte de s'allier avec l'austère Capitaine Gracci pour faire cesser ces crimes, alors qu'une guerre souterraine sans merci se joue entre le prince Alessio et les Moires, ses conseillères, et qu'une secte mystérieuse semble étendre son influence sur l'aristocratie décadente.

Ces alliés que tout oppose parviendront-ils à dénouer la trame des possibles, ou se laisseront-ils engluer dans la toile de la Destinée ?


Notre avis


Troublé par la couverture particulièrement fidèle aux pages qu'elle protège, on aurait vite fait de succomber à ce premier roman fantasy, chez Mnemos tout du moins, de Charlotte Bousquet (NDW : une trilogie fantasy Le Coeur d'Amarantha a déjà été publiée chez Nestiveqnen, ainsi qu'un recueil de nouvelles pour bonne partie fantasy chez Argemmios). Car le style et le rythme du récit sont de très bonne tenue et font tout aussi promptement leur effet que la couverture très réussie d'Elvire de Cock.

Les pages défilent très rapidement et l'on ne s'ennuie pas. Pourtant l'histoire est sombre, fouillée et ne saurait être un roman estival. L'effet coup de froid d'Arachnae tranchera quelque peu avec la fournaise de la plage. Cependant, il ira très bien pour les milieux de nuit en camping, lampe torche à la main et le sac de couchage fermé sur soi-même alors que la pluie fait grésiller la toile de tente.

Car c'est tout de même un roman sombre, certes moins audacieux que certains autres titres qui marquent le renouveau des Editions Mnémos. Pour faire un simple raccourci sans être simpliste, ce n'est pas aussi enivrant que Frankia (présenté il y a peu), mais ca l'est assez pour vous emportez.

Les histoires de femmes racontées par une femme achèvent de convaincre même si le doute persiste, notamment par des dialogues peu crédibles (le sorcier en pleine drague sur un des personnages principaux du sexe opposé et protégé par une amulette ressemble davantage à un monologue basique tiré d'un jeu de rôle poussif).

Un livre moyen, moyennant un certain charme, qui nous fera garder l'oeil sur cet auteur prometteur ;-)


Arachnae
Par Charlotte Bousquet

Editions Mnemos, collection Fantasy
Illustration de couverture d'Elvire de Cock
ISBN 978-2-35408-050-1
Publié en avril 2009

- Le site officiel de Charlotte Bousquet


© Elvire De Cock pour l'illustration de Couverture.

 

District 9 dans les salles

Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

Affiche du film District 9Enorme BUZZ cet été ! Dernier film de SF produit par le génial Peter Jackson. Neill Blomkamp, jeune réalisateur s’attaque à la vie d’un camp particulier à Johannesburg. Particulier dans le sens où des Extra-terrestres sont arrivés sur terre 20 ans auparavant et ont été parqués dans un camp : le district 9. Petit budget pour un maximum d’efficacité !

 

Lire la suite...

 

Les Portes du temps


L'Histoire
Les guerriers immortels sont des grands anciens qui protègent le monde du mal et de l’arrivée sans cesse imminente des ténèbres. Will est un jeune garçon qui vit assez mal le début de son adolescence. Jusqu’au moment où il se rend compte qu’il perçoit des choses étranges, parfois merveilleuses, parfois maléfiques. Il va vite découvrir qu’il est le dernier descendant de la lignée des guerriers et que, tandis que les tempêtes et le mal s’abattent sur la planète, il est le seul espoir qui subsiste car il est le seul à reconnaître les signes.


Notre avis
Un film en principe pour les enfants à partir de 10 ans... Mouai, c’est quand même assez violent tout ça. L’atmosphère est assez gothique et donc très sombre. Côté scénario, ça rappelle vaguement de nombreux autres films mais bon. Le jeune héros (Alexander Ludwig) joue très bien et sait rester crédible dans son rôle qu’il arrive à rendre attachant. A noter que ce film est tiré de l’excellent livre Au-delà des ténèbres de Susan Cooper. Bref, ce film est sympathique mais malheureusement ne vous attendez à rien d’extraordinaire.


Les Portes du Temps
Film américain de David Cunningham - 2007

Date de sortie dans les salles françaises : 31 octobre 2007.
Titre original : The Seeker: The Dark Is Rising

(c) Twentieth Century Fox pour les visuels


 

 

The Lost Room

Ceux qui sauront

Couverture du livre Ceux qui sauront de Pierre Bordage

Présentation en règles de l'un des bons romans uchroniques de la saison ;-) Postulat de base pour ce roman jeunesse de Pierre Bordage : pas d'école obligatoire, pire, l'école réservée à une élite. Quelles en sont les conséquences sur la société et l'histoire ?


Présentation de l'éditeur

1882 : assassinat de Jules Ferry, dont le projet de l'école obligatoire pour tous ne verra pas le jour. L'école est interdite pour les gens du peuple.

2008 : le monde est désormais scindé en deux : d'un côté les élites maîtrisant la technologie. De l'autre, le peuple, croupissant dans la misère dans des conditions proches de celles du 19ème siècle. Cependant, de courageux instituteurs ont organisé des classes clandestines et nocturnes. Les enfants s'y pressent en grand nombre, avides de savoir. Dont Jean, garçon de treize ans ayant appris à lire et vouant une véritable passion aux livres. Un jour Jean est arrêté lors d'une descente de milice du pouvoir dans la classe clandestine. Lors de son transfert en prison, le convoi est attaqué par des terroristes. Jean y retrouve son père dont il ignorait l'engagement.

Dans la forêt, alors que le camp des résistants-terroristes est attaqué, Jean rencontre Clara. Seule rescapée d'un accident de voiture, elle a été kidnappée par un homme rude qui a fini par disparaître. Les deux adolescents ne sont pas du même monde : la famille de Clara fait partie de la Cour, elle est promise à un destin de femme au foyer, ce qui la révolte. Ils vont apprendre à se connaître, et braveront tous les préjugés pour passer d'un monde à l'autre et jeter les premières bases d'une société enfin réconciliée avec elle-même.


Notre avis

Belle couverture, bonne mise en page, belle plume... de quoi commencer une lecture en toute confiance. On rentre vite dans l'histoire de ce livre qui se lit plutôt facilement (d'où son classement en roman jeunesse ?).

De bonnes idées, d'autres plus étranges (pourquoi les royaumes d'Amérique compte tenu de la date du changement uchroniquo-historique ?) mais dans l'ensemble un livre qui amènera à réfléchir, surtout les plus jeunes et notamment quant à la conclusion proposée de cette révolution d'un autre temps, ou d'une autre histoire.

Sans déflorer l'histoire, et ses rebondissements, le passage d'une révolution -culturelle- sur le plan du réseau virtuel, est bien trouvé. Comme Pierre Bordage ne peut pas nommer l'Internet puisqu'il s'agit d'un autre continuum espace-temps, son équivalent dans cet univers est intéressant et (re)donne à son tour du sens à notre propre réseau des réseaux.

Mention spéciale aux dernières pages qui se déroulent tout près de chez moi, et à la lecture du livre dans le train pour Paris, à quelques kilomètres de là; le dénouement était d'autant plus... réaliste et touchant.

Un livre à lire donc, quoi qu'il en soit, car ce paradigme qui pourra toucher tout le monde, les plus jeunes en particulier (bien que le vocabulaire employé pourra dérouter les moins de douze ans) est intéressant et le style de l'auteur, dont le talent n'était plus à démontrer, plus qu'adapté. Cette collection, Ukronie, aux Editions Flammarion, s'annonce donc prometteuse, faut-il pour autant savoir lire ;-)


Ceux qui sauront
Pierre Bordage - 2008

Date de sortie : 1er octobre 2008
Edité chez Flammarion dans la collection Ukronie
ISBN 978-2-0812-1169-8

Liens utiles :
- Le site officiel des Editions Flammarion
- le site dédié à la collection Ukronie

A noter que Pierre Bordage sera en dédicace au Salon de l'imaginaire de Sèvres, dans les Hauts-de-Seine les 13 et 14 décembre. D'ici là rendez-vous au Salon du livre jeunesse de Montreuil les 29 novembre de 16h30 à 18h30, le 30 novembre de 11h à 13h ainsi que le 1er décembre de 11h à 13h ;-)

© Benjamin Carré - Editions Flammarion pour la couverture.


 

Djeeb le chanceur

Note des utilisateurs: / 8
MauvaisTrès bien 

Couverture du livre Djeeb le ChanceurEn plein coeur de l'été, vous cherchiez un livre frais et poétique ? Difficile au rayon fantastique de trouver un tel ouvrage, d'autant qu'édité ce type de livre pourrait paraître risqué.

Et bien les Editions Mnémos tiennent le pari en nous proposant un roman signé Laurent Gidon : Djeeb le chanceur. Quand poésie, aventures et fantasy font bon ménage, nous voilà partis pour lire un des incontournables de cet été ;-)



Présentation de l'éditeur

Ambeliane ! Quels mystères cache cette cité close dont les hardis marins règnent sur le trafic hauturier de l’Arc Côtier ? Pour Djeeb Scoriolis, la curiosité est trop forte. Artiste aventurier, esthète bateleur épris du beau geste, il prend tous les risques pour percer les secrets d’Ambeliane. Et là, des tavernes du port aux palais du Lorne, il va pouvoir donner son plus beau spectacle : survivre !

Tel un Quichotte rajeuni et doté de talents inattendus, Djeeb le Chanceur nous entraîne dans un monde de parfums, de couleurs et de sons, où l’élégance et les plus hautes traditions masquent mal les ambitions contradictoires de l’homme. Un voyage plaisir, gourmand et chatoyant, servi par le chant d’une langue généreuse.


Notre avis

Tout d'abord il conviendrait de faire le parallèle entre ce livre et l'Epreuve de l'Astramance, un roman publié, là aussi chez Mnémos, il y a fort longtemps. Et pourquoi donc mon bon monsieur ? Pourquoi donc nous resortir un roman de Stéphane Marsan publié il y a 13 ans ? Sans vouloir faire de raccourci à défaut de parallèle, on pourrait dire que c'est pour vanter l'éditeur, car on sent déjà que nous voulons en dire du bien de ce livre!

Mais la raison en est toute autre. Il s'agit là de l'ambiance posée dès la couverture (une couverture réussie de Marc Simonetti :-) et entretenue dans les premières pages. Nous voilà à bord d'un navire, l'Aborgail, pour un voyage ! Le cadre est envoutant et sent bon le fantastique, par petites touches, discrètes. Une bruine de fantasy, particulièrement adaptée à l'Eté. Et la comparaison s'arrêterait là si, comme son aîné, Djeeb le chanceur n'était pas un roman passionnant !

Mais c'est bien le cas ! Nous voici tenir en mains LE roman de l'été ! Riche d'un point de vue de la langue, poétique par instants, fantastique toujours. Aventures et poésie y font bon ménage. Pour le coup ce mélange est donc particulièrement dépaysant.

Les plus jeunes pourront partir à l'abordage de l'ouvrage, munis d'un petit dictionnaire. Quoi qu'il en soit, jeune ou moins jeune (si évoquer Stéphane Marsan a fait saillir quelques rides chez certains j'en suis désolé :o), chacun pourra être surpris par la grande personnalité de ce livre et le talent de son auteur; preuve encore une fois que l'on peut faire de la fantasy sans porter au casting dragons, orcs et nécromanciens ;-)

Ambeliane mériterait quelques vacances, à défaut, une suite ! Dans un esprit qui rappelle celui des villes de Schuiten, son approche et sa visite participe beaucoup au charme du livre (c'est aussi ce qui avait contribué à nous enivrer de l'univers d'Anaïs Cros il y'a quelques... années).

Et comme je vois déjà certains de nos visiteurs arguer que "ah oui mais ca reste de la fantasy, je suis sur que les personnages et les lieux portent des noms invraisemblables", de répondre : Et oui, compte tenu du titre vous ne serez, comme nous, pas pris au dépourvu. Djeeb, Gramm, Tubalt et autres Ingfreund ou Petral peuplent les pages de ce livre. Point de Laurent ou de Marc, si ce n'est en couverture :-) Mais pour le reste, tout est en bon françois et les plus paresseux pourraient bien redécouvrir quelques mots... Pour les plus dubitatifs, un petit tour sur le blog de l'auteur, justement à ce sujet, achèvera de fournir tout justificatif pour en demander un exemplaire à son libraire préféré !


Djeeb le chanceur
Laurent Gidon

Paru aux éditions Mnémos le 09 juillet 2009
ISBN 978-2354080532
Illustration de couverture de Marc Simonetti

> Notre entretien avec l'auteur, Laurent Gidon (octobre 2009)

© Marc Simonetti pour l'illustration de couverture.